avis de recherche infomagazine 16 02 2016

François SARRE, une figure limousine

François SARRE  est mort doucement  en 1942.

A l'époque la presse locale écrivit : A 87 ans, le papa SARRE, petit homme remuant, trépidant, courtois, aimable, passionné de son art, professait encore, faisant profiter ses nombreux élèves de son expérience qui était grande.(Valant)

Après avoir effectué toutes ces recherches sur mon arrière-grand-père cette épitaphe correspond exactement à l'idée que je m'en suis forgé petit à petit.
Le nom de François Sarre reste honoré dans bien des mémoires et ces quelques pages en seront le prolongement en espérant que leur format numérique leur garantiront la pérénité.
Elles veulent présenter les différentes facettes de sa personnalité, la richesse de ses compositions, son parcours professionnel et ses engagements entièrement dédiés à la musique.

François SARRE  est né près de Boisseuil au moulin de Lanaud le 15 octobre 1854.
A l'école de Pierre Buffière, il se fait remarquer par son amour des études et de la musique.Désirant poursuivre son instruction musicale, il se fixe en 1879 à Limoges.
C’est au contact de M. Paul Charrière (maitre de chapelle de la cathédrale de Limoges) qu’il se sent irrévocablement attiré par la musique.
Il compose de nombreuses mélodies, des chants religieux et un opéra.
Il harmonise de nombreux chants traditionnels limousins. Cette reconstitution de chants anciens en assurera leur pérennisation.
La vie de François SARRE ne se résume pas seulement à « Lo Brianço » !
Il pratique plusieurs instruments, dirige fanfares, orchestres, chorales et organise de nombreuses manifestations musicales.

L’état institue un concours pour l’enseignement de la musique dans les lycées, collèges et écoles normales : il en sera l’un des premiers lauréats.
Il enseigne le chant au collège de jeunes filles et dans plusieurs écoles communales de Limoges, écrit dans des journaux musicaux de Paris des articles où il expose sa pédagogie de l’enseignement du chant et du solfège, publie une méthode de solfège et de calligraphie musicale complétée de l’invention d’une plume spéciale lien web pour écrire la musique. Il a formé de nombreux élèves jusqu’à un âge très avancé.
Poursuivant sans cesse en lui-même un rêve intérieur, la droiture de son jugement fit rechercher et apprécier ses conseils.



Extraits d'articles de presse et d'un discours de Jean DAURIAT, maire de Pierre Buffière, prononcé lors de la pose d'une plaque commémorative sur la maison de François SARRE

 
Lors de votre visite sur ce site vous pourrez afficher les partitions et écouter certains morceaux, enregistrements ou reconstitutions informatiques (MAO) Le résultat n'est pas forcément idéal mais c'est un moyen formidable pour ressusciter toutes ces pièces.

Vous avez une question ? Vous pouvez contribuer à enrichir ce site ? Utilisez le formulaire de contact pour m'écrire. Merci.